Lieu salle des fêtes de Gratentour (Toulouse)
Date 03 mai 2003
Groupes Eths + Sha + Koma + Babylon Pression + Fis(ch)er
Public un peine plus de 200 personnes



21 heures et des brouettes. Après plusieurs hésitations et tours en rond, nous arrivons sur les lieux. En effet, ce soir, les organisateurs ont tenu à faire un jeu de piste dans la banlieue Nord de Toulouse où tous les bleds paumés se ressemblent.

Nous rentrons dans la salle et nous découvrons Fis(ch)er qui vient d'ouvrir le bal. Premier constat : pas grand monde alors que la salle aménagée dans un gymnase paraît immense... La scène est surplombée par un panneau de basket relevé. Drôle d'ambiance ! Cela ne gêne pas les toulonnais de Coriace de nous délivrer un set très sympa, rageur, où l'on retrouve des morceaux de leur skeud tels « Assassins », « les mains sales » ou encore « Reste » qui se trouve sur frenchcore 2. Çà castagne grave comme on dit dans le Sud, la fosse s'agite un petit peu, et on a droit à un chauffage de salle plus que réussi.

Viennent ensuite les Babylon Pression avec leur fusion bondissante et groovy, nettement plus calme que Fis(ch)er, mais musicalement tout aussi intéressant. Le public ne s'y trompe pas, et réserve un bon accueil au groupe qui nous offre aussi une prestation très convaincante. Les musiciens ont l'air très à l'aise sur scène, et leur set semble bien rodé bien qu'un peu court (à peine plus de trente minutes).

On ne peut pas en dire autant du groupe suivant, Koma, les inconnus de l'étape, qui nous ont vraiment plongé dedans (le coma...). Métal ennuyeux, fade, caractérisé par des gros sons diffus pas forcément maîtrisés, problème technique à la guitare, chanteur sans vrai talent essayant de façon maladroite de haranguer le public à avoir plus d'entrain. Il y a plus de monde au fond de la salle près de la buvette que devant la scène. C'est aussi l'occasion de faire une pause dans ce marathon.

C'est au tour de Sha d'entrer sur scène, et apparemment les toulousains sont très motivés, mettant rapidement la patate dans la salle, tout le monde s'étant de nouveau rapproché des musiciens. La fosse ne met pas longtemps à jumper sur les rythmes saccadés de ce groupe plutôt orienté fusion. Le duo de chanteurs rappent de façon réussie, et la basse est tonitruante. Seul bémol, on a l'impression que tous les morceaux se ressemblent un peu. Néanmoins, un très bon concert qui nous redonne le sourire.

Mais si nous nous sommes déplacés ce soir, c'est quand même principalement pour voir Eths, dont l'album « Samantha » sorti cet automne est absolument fantastique. Les marseillais mené pas Candice mettent le public à genoux dès les premières notes de leur set. Le pogo est lancé, et les premiers morceaux que je ne connaissais pas (sans doute tirés de leur démo Autopsie) s'enchaînent. Les chansons sont très brutales, frôlant le death sur certains passages, Candice s'égosille les poumons de façon hallucinante (Phil Anselmo fait des émules !), les riffs très heavy sont monstrueux. Eths en live, c'est tout bonnement excellent ! Surtout qu'arrivent des morceaux connus tirés de leur album : « Samantha », « Volée », « des cendres », qui finissent d'achever les plus vaillants de la fosse. Tous les musicos sont carrément déchaînés et donnent l'impression de libérer toute leur énergie pour nous foutre la plus grosse claque possible. Le public carrément survolté investira la scène sur « Encore », le dernier titre joué, afin d'y pogoter une dernière fois au milieu du groupe en train de jouer. Quelle délire !!
C'est ainsi que s'achève cette soirée qui a vraiment tenu toutes ces promesses, que seul le public trop clairsemé et le coin un peu perdu (relation de cause à effet ?) ont un petit peu altéré. En tout cas, maximum respect aux collectifs E-Z Homegrown pour l'organisation et Coriace pour s'être déplacé, ainsi qu'à Eths pour nous avoir botté le cul comme il se doit.




 

Live report par Marcassin, photos par Hellisha