Lieu Chapiteau du lac des pêcheurs - Tournefeuille (31)
Date 17 mai 2003
Groupes Sidilarsen + Watcha + Mass hysteria
Public beaucoup de monde ... + de 1000 personnes



Un an après le festival de la citoyenneté qui s’était déroulé le premier Juin 2002 en réaction à la montée du FN, la mairie de Tournefeuille a décidé de fêter l’anniversaire en proposant le festival de la jeunesse doté d’une affiche métal en ce samedi soir.

Il est environ 20 heures quand Sidilarsen investit la scène afin de chauffer le chapiteau grâce aux sons de Biotop, leur premier album fraîchement débarqué dans les bacs. Ici, ils jouent presque à domicile, et la réaction du public est immédiate, tout le monde se met à bouger sur leur boom-boom métal. Biotop, Sidistation, Teknotrone ou encore bbmw, dressés par les ondes mettent vraiment le feu. Le groupe paraît très serein et fait preuve d’une grande maturité sur scène. Le set s’assagit quelque peu avec le morceau Cardiotonic où seuls Didou et Viber restent sur scène, accompagnés ensuite de Sabash à la guitare pour nous livrer un techno-ragga métal endiablé et très osé devant un parterre de metalleux. Mais les étiquettes, on s’en fout et Sidilarsen nous le prouve en faisant vibrer le chapiteau à grands renforts de beats technoïdes. La salve finale est une pure tuerie avec Apesanteur suivi du célèbre Rien pour l’instant, qui clôture un concert de ¾ d’heure où l’on a déjà bien transpiré. Le seul bémol, les lights étaient pas franchement terribles, et nous n’avons pas eu droit au vidéo live act d’Aphra. Mais la prestation est plus que convaincante et il faudra compter avec Sidilarsen en 2003 car vous n’avez pas fini d’en entendre parler …

Le relais est ensuite pris par Watcha déjà présent l’an dernier au festival, et qui nous fait l’honneur de revenir pour l’occasion. Avec leur nouvel album Mutant dans les bacs depuis quelques semaines, on s’attend à un set très modifié. Eh bien surprise, le groupe a décidé d’axer le concert de ce soir en équilibrant les titres de leurs trois albums. C’est tout de même l’intro de Mutant (rallongée) qui démarre leur prestation. Ce soir, Watcha n’a pas oublié Sam dans ces bagages puisque la trilogie (du samedi) nous est offerte avec Sam 1, 2 et 3 au plus grand bonheur de la fosse qui s’agite énormément. Se marient ensuite des morceaux des 3 albums tels Le grand méchant flou, Egalamonego, ou le très médiatisé Cool. Manu nous fait une démo de ses derniers effets de gratte, Pendule ne peut s’empêcher de faire l’idiot en balançant des pires grimaces au public tout en jouant de la basse dans le dos, Bob a le sourire jusqu’aux oreilles, bref Watcha se fait visiblement plaisir à retrouver la scène, et dela se sent grandement ! Et puis pour finir de contenter le chapiteau, l’artillerie lourde est sortie avec les bombes de Veliki cirkus (Cupide, 101 Radio jacket et Clash), ou encore Borné et La rumeur, les nouveaux titres de Mutant qui rendent extrêmement bien en live. Watcha a vraiment assuré ce soir, leur concert a été donné à 200 à l’heure avec une intensité de mutant.

Nous sortons de là complètement fourbus, et décidons d’aller nous ravitailler à la buvette du chapiteau poétiquement nommée bar des connards.

Après un long moment d’attente, les premières notes de Millenium appauvri résonnent. Et l’hystérie collective peut commencer à se propager. Les Mass Hysteria sur scène, cela dégage beaucoup d’émotions et d’ondes positives, c’est vraiment très fort ! Tout comme Watcha, les Mass ont décidé d’équilibrer les morceaux de leurs 3 albums, avec quand même une part un peu plus large donnée à Contraddiction, dont 7 des 12 titres sont encore joués ce soir. Ainsi s’enchaînent dans le désordre Zion, La canopée, Mass protect, Attracteurs étranges, Knowledge is power, ou encore Remède, La puissance bienvenue, Finister amer, Coup 2 mass,…Le set reste assez posé, propre, où les chansons de De cercle en cercle plus mélodiques viennent tempérer les ardeurs de la fosse après les morceaux rageurs de Contraddiction. Le charimatique Mouss est très communicatif, et fait souvent chanter le public qui connaît par cœur les paroles de bon nombre de titres. Comme d’habitude, on a droit à la séance de tambourinage sur Aimable à souhait. La curiosité du concert vient d’une nouvelle chanson, 17 %, destinée à M Le Pen, et qui ma foi est bien trippante !! Enfin, le tiercé gagnant pour un rappel très ésotérique puisque s’enchaînent le très mélodique Ya vyemma avec Olivier au piano, le jumpy Respect on the dance floor, et la samba de Furia où sont invités les membres de Watcha et d’Antistatic afin de foutre un dernier souc sur scène.

Pour terminer, je dirai simplement que ce festival fut une grande réussite avec des groupes de très grande qualité qui nous ont donné du beau spectacle. Et en plus, le public était au rendez-vous, il ne reste plus qu’à attendre une éventuelle prochaine édition. Big-up à la mairie de Tournefeuille qui ose se bouger pour nous offrir des évènements majeurs comme ce concert.

Live report par Marcassin